Béjart, le même…

Béjart… et un autre

Petite introduction au préalable.

J’ai récemment commencé une formation de spécialiste en événementiel au Sawi et pour lequel je dois rendre un dossier présentant l’événement que l’on souhaiterait organiser.

J’ai réalisé qu’en novembre 2017, 10 ans se seront déjà écoulés depuis la disparition de mon cher Béjart. Alors pourquoi ne pas organiser un weekend exceptionnel totalement dédié au chorégraphe?! (Je me doute bien que le BBL y a déjà pensé…). Mais voilà donc mon sujet validé et pour ce faire, j’entame un marathon de lectures d’ouvrages sur et/ou par M. Béjart. A se demander pourquoi je n’ai pas commencé plus tôt.

Vous allez donc être arrosés d’articles sur les livres et prochains spectacle. Oui je trépigne d’impatience car en plus jeudi je vais son Boléro merveilleux au Théâtre de Beaulieu avec ma mamounette, je vous prépare donc psychologiquement à l’article qui suivra vendredi.

Bref, j’ai donc commencé par un petit livre d’une vingtaine de pages s’intitulant Le Même…et un autre. Il s’agit en fait d’un petit recueil d’entretiens avec des journalistes ou avec son dictaphone.

Très vite lu mais très enrichissant, même s’il parle très peu de danse, on commence donc par cerner le « personnage » avec ses opinions sur le monde qui l’entoure et la façon dont il l’appréhende.

Il est ainsi très difficiles de donner un avis sur ce succinct petit livre. Je me contenterai de relever certains passages ou phrases qui méritent d’être gardés quelque part…

  • « on se contente de mettre un filtre entre les autres et soi ». Au temps d’Instagram et de Snapchat, on ne peut que lui donner raison!
  • « on peut se donner mais pas se laisser bouffer »
  • « sans affection, je m’étiole et je meurs »
  • « je suis heureux dans mon monde. Tout ce que je fais c’est pour le consolider, y rester, m’y confiner. J’écoute de la musique parce que j’en ai besoin comme de respirer »
  • « il faut avoir le temps de relire Proust une fois dans sa vie. Cela change les perspectives ». Il faudrait déjà le lire pour que je le relise…mais c’est sur ma liste!
  • « Je laisse les danseurs exécuter les pas à leur façon. Une chorégraphie, ça se fait à deux. La chorégraphie est un art collectif ».
  • « La danse est un engagement total. On ne peut rien faire d’autre: on se lève, on danse et on se couche. »
  • « Il y a un côté rabat-joie dans la culture »
  • « Le mot « créateur » me déplaît. Nous ne sommes que des organisateurs et disposons des formes (qui existent, que nous n’avons donc pas « créées ») dans un certain ordre…Nous, on ne crée pas, on assemble, on organise, on met en scène, on modifie. »

Rien de mieux pour conclure simplement: « mes ballets finissent toujours bien. »

IMG_0360.JPG

Maurice Béjart, Le Même…et un autre, octobre 2002

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s