« Envol », 50 ans de Prix de Lausanne

Le Musée historique de Lausanne nous invite à survoler les 50 ans du Prix de Lausanne avec l’exposition Envol, à voir jusqu’au 29 mai 2022.

En 2023, le Prix de Lausanne, ce concours international de danse, fêtera ses 50 ans. Chaque année, début février, la ville de Lausanne fourmille de jeunes danseurs en herbe rêvant tous de gagner le Prix de Lausanne. Ce concours de danse, de renommée mondiale, offre durant une semaine, la possibilité aux jeunes danseurs de suivre des cours avec des professeurs de renom, de répéter leurs variations et recevoir leurs conseils avisés. Tout se déroule sous l’oeil sérieux mais encourageant d’un jury prestigieux qui ne sélectionnera que 20 candidats pour la finale.

« Envol »: l’exposition du Prix de Lausanne

Ce concours place ainsi chaque année, Lausanne, au centre de l’attention culturelle et du monde de la danse. Il était donc logique que le Musée historique de Lausanne accueille en ses murs une rétrospective du Prix, ou PdL pour les intimes.

La visite

La visite commence par un bref historique du Prix de Lausanne. De sa naissance à aujourd’hui, avec la première édition créé en 1973 par les époux Braunschweig. On apprendra également que Maurice Béjart faisait partie du jury cette année-là aux côtés de Rosella Hightower.

Ce petit historique sera illustré par les magnifiques affiches qui, chaque année, deviennent une pièce de collection. Toutes jeunes ballerines ont rêvé de les avoir dans sa chambre.

J’avais celle de 1991 sur mon mur que ma maman avait réussi à me dénicher. Il paraît qu’il y a encore les traces de scotch.

Les candidats

L’accent est bien évidemment mis sur les candidats. De leurs dossiers de candidature à leurs chaussons en passant par les repas et les visites médicales. La concurrence est rude et le monde de la danse l’est tout autant mais ce n’est pas un secret.

Les variations et lauréats

Les prochaines salles sont plus interactives avec des vidéos des variations des lauréats. Variations classiques de chez classique comme Giselle ou Le Corsaire, variations contemporaines avec des chorégraphes tels que Goyo Montero ou Mauro Bigonzetti, les candidats devront exceller dans les deux camps.

On apprend tout de même que la variation contemporaine n’a fait son apparition qu’en 1984!

L’exposition est courte, simple et efficace. Si, à mon sens, elle s’adresse plus à un public d’afficionados du Prix de Lausanne, elle permet de revoir des affiches et lauréats des débuts du concours et que nous n’avions pas forcément le loisir de retrouver facilement.

Plusieurs visites et débats thématiques sont organisés durant l’exposition. Retrouvez les dates sur le site du Musée historique de Lausanne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You May Also Like