Jasmine Cammarota, une danseuse face à la pandémie

Jasmine Cammarota, danseuse au Béjart Ballet Lausanne

Lors d’un précédent article, je me plaignais égoïstement de ne plus avoir accès à la culture, mon exutoire. Mais cet article n’était que prétexte à celui-ci! Car, si certes nous public souffrons de ne plus pouvoir assister à des pièces ou des ballets, ce n’est rien en comparaison à ce qu’endurent si injustement les artistes depuis bientôt un an! Donnons-leur au moins la parole.

Comme dit dans mon article La Culture en suspens, mon coeur avec, il est bien facile de me plaindre alors que, pendant ce temps, les artistes se consument à petit feu et voient leur carrière réduite en fumée. Difficile pour nous d’oser imaginer ce qu’ils subissent mentalement depuis mars 2020 et surtout l’impact qu’aura cette pause forcée sur leur carrière.

C’est pour ça que j’ai préféré poser la question à deux de mes artistes locales préférées, Jasmine Cammarota et Laurène Paternò, leur voix étant bien plus importante que la mienne.

Jasmine Cammarota

Je commence donc par Jasmine Cammarota, danseuse ô combien charismatique et talentueuse du Béjart Ballet Lausanne et ma prof de Pilates, accessoirement.

Diplômée de l’Accademia Nazionale di Danza de Rome, Jasmine a intégré le Béjart Ballet Lausanne en 2010 après avoir passé par l’école Rudra Béjart.
Talentueuse, expressive et charismatique, c’est une travailleuse acharnée, perfectionniste et exigeante mais tellement adorable et bienveillante!
Je vous parlerai de ses cours de Pilates dans un prochain article.

Jasmine Cammarota a eu la gentillesse, entre deux entrainements et cours de Pilates-torture, de répondre à mes 4 questions, certes bateaux. Je vous retranscris ci-après les vocaux qu’elle m’a laissé et que j’ai dû réécouter plusieurs fois, pleurant trop pour les entendre en entier.
Il aurait été d’ailleurs bien plus adapté d’en faire mon premier podcast non? 🙂 Du coup je vous laisse quand même ses messages audio et ne peux que vous conseiller de prévoir les mouchoirs.

L’interview de Jasmine Cammarota

Te souviens-tu de ta réaction lors de la première annonce de fermeture des lieux culturels et l’impossibilité de « performer »?

Ma toute première réaction a été ok on reporte juste les spectacles de quelques mois et on continue à s’entraîner pour être encore meilleurs lorsqu’on reprendra les représentations. Puis j’ai réalisé que cela allait durer alors que 2019-2020 était une année importante pour moi! J’avais une création à moi, j’y avais le rôle principal dans Tous les hommes presque toujours s’imaginent avec une tournée internationale. (On l’admirera également dans Basso Continuum).
Cela aurait dû être l’explosion de ma carrière! J’ai donc gardé espoir que ce n’était que des reports de dates mais en voyant que les choses ne s’amélioraient pas, cela a été un vrai coup dur.

Le plus difficile a été de se rendre compte de la place de la culture dans la société. Les danseurs font déjà partie d’un système sous payé. Alors quand ils ont fermé tous les centres d’art et supprimé toutes les manifestations culturelles en premier, on se rend compte qu’on est à la fin d’une longue liste et du peu de considération qu’on nous porte. Les cinémas pouvaient rester ouverts mais pas les théâtres?? Comment un être humain peu grandir mieux en regardant un film plutôt qu’un opéra??

On est à la fin d’une longue liste et on va pas être les premiers à pouvoir revenir.

Comment as-tu vécu le 1er semi-confinement? As-tu réaménagé tes routines quotidiennes?

On pouvait plus aller s’entraîner. L’entraînement c’est ma vie, ma bouffe! Donc ok je peux m’octroyer une journée de calme mais on ne peut pas arrêter de s’entraîner.
J’ai dû tout changer ma routine, j’avais besoin de m’entraîner à fond au quotidien. C’était très dur, je suis super active donc j’ai changé du jour au lendemain, à commencer par de la méditation, du yoga et des cours de barres en ligne.

On a la chance, les danseurs, d’arriver à nous adapter très très vite. Un grande chance c’est que le Béjart Ballet a laissé les portes ouvertes toute la journée pour qu’ils puissent s’entraîner un à la fois.

As-tu mis en place quelque chose en ligne?

J’ai donc mis en place le cours de Pilates, 3x par semaine, chose que je n’aurais jamais pu faire en temps normal. Au début je ne voyais que l’impact négatif sur ma carrière mais comme les cours ont pris de l’ampleur et que j’avais énormément de retours positifs (dont les miens ;-)), j’étais heureuse de voir ce que je pouvais apporter et de pouvoir aider les autres.

Avec les nouvelles annonces du mois de janvier 2021, comment prends-tu la chose?

J‘ai la chance de pouvoir continuer à m’entraîner, on fait des répétitions en petit comité.

L’énorme difficulté, le port du masque toute la journée pour s’entraîner. Cela change énormément. Moi je suis 60% d’expression donc quand tu ne peux pas jouer avec tes expressions et émotions sans parler de la transpiration et de la respiration, c’est le double du travail.
Tu dois réadapter toute ta façon de danser. C’est quelque chose qui va beaucoup influencer notre travail quand on va revenir car on aura perdu beaucoup de repères comme par exemple quand on fait des pirouettes.

Est-ce que tu arrives à positiver et voir des perspectives d’avenir?

J’essaie de ne plus y penser ou d’en parler, car ça me blesse! Là c’est 2 saisons d’une carrière jetées à la poubelle! Des années qui ne vont plus revenir. Mon corps a cet âge maintenant, on va pas le retrouver. Psychologiquement c’est très très dur. Tous les sacrifices que j’ai dû faire pour arriver à ce niveau et que finalement on est les derniers de la liste sur les essentiels de la société.
Certaines danseuses de la compagnie, âgées de 30 ans, ont abandonné car ces deux années sont irrécupérables….

Mais je ne peux rien y faire, donc il faut que je positive, je me donne des petits objectifs différents. Je continue à m’entraîner à fond, j’essaie de relativiser pour être super prête du moment qu’on pourra à nouveau partir en tournée. Et j’essaierai de récupérer

ces deux années perdues!

Toute autre chose que tu aimerais ajouter?

La danse c’est l’espoir, l’art en général c’est l’espoir. L’espoir de pouvoir continuer à apprendre, l’espoir de trouver dans l’art une façon différente de vivre ta vie et d’être meilleur. Après avoir vu un ballet, le lendemain tu prends des décisions différentes, on te transmet beaucoup de choses.

La danse c’est quelque chose d’humain qui te donne l’espoir d’être meilleur et capable de transmettre beaucoup de choses!

La danse n’a pas besoin de parler! pas besoin de se mettra d’accord, tout est très spontané.

Je suis très triste… j’ai dépassé la phase la plus dure. Surtout à cause de cette notion de perte de temps. J’ai tellement donné, j’étais la première dans le studio et la dernière à en sortir, mais cela a servi à quoi?

Je sers à rien…. je ne peux pas exploiter mon art, je ne peux pas m’exprimer!

J’étais dans un trou noir. Mais désormais je suis beaucoup plus positive, j’ai dû beaucoup travailler sur moi. J’essaie de me dire on est pas les seuls, on a la chance de pouvoir s’entraîner.

Dès qu’on peut rouvrir, je vais exploser!

Ma conclusion….

J’ai volontairement mis en gras les mots forts qu’elle a utilisé. Bien sûr, les restaurateurs, l’hôtellerie, les commerces, de nombreux secteurs souffrent de cette crise, loin de moi l’idée de dénigrer ces branches, je serai la première à retourner au resto mais la culture c’est mon exutoire, c’est ce qui m’alimente, me fait vivre.

En écoutant la belle Jasmine, on ne peut que se demander:
Quand est-ce que vous allez vous réveiller et proposer une stratégie réfléchie et acceptable plutôt que de laisser se consumer la culture et ses acteurs??
Parce que ça vous ne les incluez pas dans vos chiffres des victimes du Covid-19…..

Comment peut-on laisser dépérir les gens ainsi sans même essayer de trouver une solution pour les laisser s’exprimer?!
2 comments
  1. Ca brise le coeur. Et c’est aussi vrai pour tous les ados, les jeunes adultes – normalement cette période de la vie est celle où l’on découvre, on rencontre, on forge des amitiés, et là…. ?!?
    Les dégâts à la société toute entière sont profonds.

  2. Magnifique témoignage de la belle JASMINE!
    Nous traversons une période tellement difficile à tellement de niveaux. Espérons que tout ira bientôt mieux pour tous. Bel article Sabine. Bravo à vous deux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You May Also Like
Lire la suite

Fêtons Béjart

Hier soir à Beaulieu, l’attendue représentation de décembre du Béjart Ballet Lausanne qui fête Maurice. Au programme une création de Gil…
Lire la suite
Lire la suite

Une pluie d’étoiles danse à Montreux

Hier soir s’est déroulée la première édition de Montreux Danse. Ou la soirée de ma vie!! Une petite dizaine de danseuses et danseurs étoiles réunis sur une scène à 360 degrés au Stravinski à Montreux, reprenant des extraits de chorégraphies bien connues et une création originale pour l’occasion. Une pure merveille…
Lire la suite