La culture en suspens, mon coeur avec…

La culture en suspens, mon coeur avec
©antoinelemoal
Il en a manifestement été décidé ainsi, la culture au 21e siècle n’est pas un besoin essentiel. Nous sommes déjà si cultivés et instruits que pouvoir se procurer le dernier mascara est bien plus primordial pour notre survie que d’assister à la dernière pièce en vogue au Théâtre de Beausobre. Qu’en est-il désormais de notre survie mentale??

Il en a manifestement été décidé ainsi, la culture au 21e siècle n’est pas un besoin essentiel. Nous sommes déjà si cultivés et instruits que pouvoir se procurer le dernier mascara est bien plus primordial pour notre survie que d’assister à la dernière pièce en vogue au Théâtre de Beausobre. Qu’en est-il désormais de notre survie mentale??

Depuis toute petite la culture et les arts me bercent, me construisent et m’alimentent. Avec cette catégorisation sans pitié, reléguant la culturel au bas de la pyramide, je dois me rendre à l’évidence, ma vie et soif de culture sont en pause forcée. Tout comme les artistes et acteurs culturels qui, jadis, rythmaient mon quotidien et nourrissaient mon (tout petit) esprit.

Est-ce que finalement l’art ne sert à rien et du coup moi non plus….?

ici avec Gabriel Arenas Ruiz, danseur au Béjart Ballet Lausanne, au temps où on pouvait vivre et faire la groupie

Aujourd’hui je peine à me souvenir de ma dernière fois au théâtre. Est-ce que je dois vraiment remonter jusqu’en 2019????
Eh bien presque! J’avais heureusement pu profiter de la légère éclaircie estivale et voir le Béjart Ballet à l’Opéra de Lausanne début octobre 2020 mais cela me paraît tellement loin et irréel.

Basso Continuum, octobre 2020

L’utilité de la culture remise en question par un virus…

Il est rare que je prenne position ou n’entre dans des débats liés à l’actualité mais après une année sans la seule chose qui rythmait ma vie, j’erre comme une âme en peine, avec un sentiment de vide intersidéral, d’inutilité, sans aucun souffle ni stimulation mentale. Alors, très égoïstement, ceci est un simple cri du coeur d’une terrienne en détresse.

Mais les politiques ont fait leur choix, la culture est un besoin non essentiel dont ils peuvent se passer donc nous n’avons qu’à vivre sans. Il est vrai que capitalistement parlant, une pièce de théâtre où les acteurs courent tout nu (Vidy vous me manquez!!) ne rapporte pas grand chose au niveau économique.

Absurde! me direz-vous! Je vous répondrai qu’à mon sens « Bien sûr »!
A-t-on pu prouver qu’un cluster s’était formé au sein du MCBA après que 1’500 personnes (minimoume) se soient agglutinées plus de 15 minutes non masquées devant une oeuvre de Kiki Smith?! NON!
Mais apparemment il suffit de ne pas priver la population de s’enrichir de biens matériels pour endiguer une pandémie mondiale même si c’est au détriment de pouvoir enrichir son âme.

Bien sûr, c’est extrêmement gonflé et facile de ma part de me plaindre, je suis très douée pour cela. Assise dans mon canapé en mode « j’ai fait 4 ans de gestion de crise sanitaire à l’uni » et à bouder parce que j’ai pas pu voir mon Edouard Baer fouler les planches de l’Octogone. Ou encore parce que le Théâtre de Vidy, très optimiste, nous présente sa programmation de mars 2021. Alors que pendant ce temps les artistes souffrent et meurent à petit feu depuis bientôt une année sans réelle perspective d’avenir ni d’aide financière à la hauteur de leur talent!

Mais alors pourquoi ai-je autant besoin de culture dans ma vie?

Simplement parce que c’est mon (seul) exutoire!

Non seulement la culture divertit, change les idées, questionne, nous éduque, nous apprend, tant de choses sont à prendre en visitant une exposition ou assistant à une pièce ou un ballet. Même si je n’y comprends rien le 98% du temps, l’espace d’une représentation j’oublie les tracas du quotidien, mes peines de coeur, toutes les tâches que j’ai remises à plus tard au boulot. Je me concentre sur l’intrigue, me laisse emporter par les mouvements envoutants des danseurs ou de la musique, me nourris de leur énergie! Parfois je prolonge même en lisant la pièce, étudiant le ballet et/ou le chorégraphe ou encore en réécoutant les airs d’opéra.

Bien sûr, les théâtres, musées et compagnies de danse se sont très vite adaptés et nous ont proposé de vivre ou revivre les pièces, concerts et ballets sur notre écran! Un grand merci à eux d’ailleurs de nous permettre de nous évader un peu bien conscients que ce n’est pas la même chose. Car malgré toute la bonne volonté du monde, l’écran est plus fort que nous. Sachant que j’y passe du coup les 3/4 de mes journées en télétravail…, j’ai les yeux et l’esprit qui dérivent. Et l’impact n’est par conséquent pas aussi fort. Mais c’est tout ça de pris à l’ennemi comme on dit!

Le blog

C’est d’ailleurs une des premières raisons pour laquelle j’ai commencé ce blog. Je voulais y parler art/culture à ma manière, à mon niveau de blonde. Le tout avec une approche légère sans prise de tête en montrant que si l’inculte que je suis y arrive tout le monde peut y arriver. Car oui, j’ai souvent trouvé ce monde trop élitiste et où je peinais à trouver une place. Je n’osais pas y accéder, ne me sachant pas au niveau. Et à force, j’ai compris que chacun avait sa façon d’aborder la culture, de l’interpréter et de se l’approprier. Le blog m’a changée et m’a permis de découvrir et apprendre tellement de choses qui font que je suis ce que je suis aujourd’hui, autre qu’une vieille ex danseuse classique frustrée et brisée.

J’avais d’ailleurs même envisagé proposer un webzine culturel, un chouilla plus pro que le blog complètement dédié à la culture pour 2021. Grande idée Sabine! Bon cela me laisse comme ça le temps de créer quelque chose de bien abouti. J’attendrai (le jour et la nuit…..!) certainement 2022 pour son lancement. Si la culture existe encore…

La culture et vous?

Je sais bien que la culture ne parle pas à tout le monde et que beaucoup d’entre vous levrons les yeux au ciel rien qu’en lisant le titre de l’article, je ne juge pas!
Mais lorsque vous voyagez, c’est bien pour vous dépayser, vous changer les idées, vous imprégner d’une autre culture non?! Vous allez visiter les musées, les châteaux, réservez une place dans un café-théâtre parisien, tout ça sans vous en rendre compte la culture rythme également vos vies! Vous n’hésiterez d’ailleurs pas à faire la queue au Louvre pour aller voir la Joconde et prendre un selfie devant ce petit panneau de bois haut de 77 cm.

Quel avenir pour la culture dans tout ça?

Ce qui rassure (ou pas) c’est de voir que le monde culturel a été partout le premier à être sauvagement viré de la liste. Même la France et Paris, où la culture règne en maître l’a sacrifiée. Alors que l’Espagne a pourtant trouvé un moyen de la maintenir! no comment…

Personnellement je ne peux envisager ma vie sans culture, je veux bien serrer les fesses encore une année et essayer de positiver en me disant qu’il y a une lueur d’espoir pour pouvoir assister à des performances locales au 2e semestre… même si j’en doute de plus en plus. Je peux survivre à ça, je DOIS survivre à ça et prendre mon mal en patience.

Mais qu’en est-il des artistes qu’on laisse mourir à petit feu??

Eh bien je leur ai posé la question! Parce que finalement mon avis tout le monde s’en contre fiche mais j’avais besoin de le donner :-p!
Retrouvez l’interview de Jasmine Cammarota, la magnifique danseuse du Béjart Ballet Lausanne et celui de Laurène Paternò, soprano, cette semaine sur le blog!

Image d’illustration de l’article: photographies du danseur Antoine Le Moal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You May Also Like