La balade secrète et gourmande à Porrentruy

Découvrir la charmante ville de Porrentruy par le biais de haltes gourmandes, je pense qu’on ne pouvait pas rêver mieux. Une balade épiculturelle à ne manquer sous aucun prétexte.

C’est en feuilletant la brochure Terroir à Savourer que je suis tombée sur Circuit Secret Gourmand. Plus me correspondre aurait été difficile. Allier la dégustation de produits du terroir jurassien tout en déambulant dans la ville de Porrentruy que je ne connaissais pas était une idée originale mais surtout de génie ! Mon estomac et moi vous y emmenons!

La balade gourmande à Porrentruy

Le principe est des plus simples. On se rend à l’Office du tourisme Jura Tourisme (environ 10 minutes à pied de la gare de Porrentruy) pour prendre la clé qui donnera accès aux lieux les plus secrets de la ville et vous ouvrira surtout les portes des dégustations. A l’Office, on vous y donnera toutes les indications nécessaires sur les différentes étapes du parcours avec votre carte, votre pass à faire tamponner à chaque étape et bien sûr la clé.

Le Circuit Gourmand comprend 5 étapes gustatives. Cependant, la version sans les étapes de ravitaillement est aussi possible si vous souhaitez uniquement vous concentrer sur la visite de la ville. Il s’agit du Circuit secret Porrentruy. Il existe également à Sainte-Ursanne et à Delémont. La clé n’est par contre nécessaire que pour la balade culturelle, elle vous ouvrira, entre autres les portes du Château ou encore du glacier. Mais je ne vous en dis pas plus.

Le Toétché

J’ai commencé le circuit à 9h30 par la Confiserie Roelli , à deux pas de Jura Tourisme, pour goûter au Toétché ! Il s’agit de la version élaborée par les paysannes jurassiennes du gâteau à la crème. A cette différence près qu’il n’existe qu’en salé et fait à base de crème acidulée. Rien qu’au mot crème, vous pensez bien que je salivais déjà. Pour les connaisseurs, vous en avez certainement déjà mangé à la fameuse Saint-Martin.

Le Toétché, original, Tête de Moine, Lardons

Comme vous pouvez le constater sur la photo, nous avons eu droit à 3 tranches !

  1. Le Toétché original, l’appareil est fait à base de crème et de crème acidulée et d’œufs.
  2. Le Toétché à la Tête de Moine, un délice.
  3. Le Toétché aux lardons (un peu comme notre gâteau de Vully) encore un délice.

Et damasson sur le gâteau, nous avons pu goûter à 2 truffes à la Damassine. D’habitude pas adepte des chocolats à la liqueur, je dois avouer que là…, malgré l’heure matinale, eh bien cela m’a convaincu et donné un délicieux avant-goût de la dégustation de l’après-midi.

Une fois la dernière miette de Toétché avalée (non on a rien laissé!) et notre petit stample de validation de l’étape reçu, nous nous sommes rendues au Château pour une magnifique vue sur la ville de Porrentruy avant de redescendre prendre l’apéro.*

*je ne m’attarderai malheureusement pas sur ce patrimoine culturel, ayant mis toutes mes forces sur les spécialités culinaires. Mais il y aurait tant à dire et à voir! Si cela vous intéresse je vous le détaille volontiers dans un prochain article.

Tête de Moine et saucisse d’Ajoie

La 2e étape, l’apéro!! Dans cette beaucoup trop jolie auberge au bord de l’Allaine, l’Auberge d’Ajoie, aussi adorable dedans que dehors.

Nous avons pu profiter, sur la terrasse, d’un petit spritz jurassien, à base de souboziane (oui j’ai dû demander 4x qu’on me l’épelle, c’est de la racine de gentiane), accompagné d’une planchette apéro avec de la Tête de Moine et de la saucisse d’Ajoie. La définition même du bonheur.

La Tête de Moine je ne vous en parle plus, vous aurez toutes les infos dans mon article sur la Fête de la Tête de Moine. Par contre, la saucisse d’Ajoie était une première pour moi. Elle bénéficie d’une IGP (Indication Géographique Protégée) depuis 2002. Elle ne peut donc être ni copiée, ni fabriquée ailleurs que dans le district de Porrentruy. Ils ne sont, d’ailleurs, qu’une dizaine de bouchers à la fabriquer.

Avec son bon goût d’épices et de cumin, on peut la consommer crue ou cuite. C’est d’ailleurs la transition toute trouvée, puisque je l’ai dégustée en gratin à midi. Oui heureusement qu’on se balade à pied à travers la ville pour éliminer tout ça !

Brasserie des Deux Clefs

Hors Circuit, nous avons mangé à la Brasserie des Deux Clefs qui propose des mets, comme son nom l’indique « brasserie », que ce soit avec du fromage ou de la saucisse. Mais vous trouverez aussi de nombreuses salades.

Pour rester dans le thème, c’est donc le gratin de pommes de terre, crème, fromage et saucisse d’Ajoie que nous avons partagé. Après la copieuse planchette apéro, nous n’avions pas de place pour un chacune et les nombreuses marches du Château n’ont pas suffit à libérer notre estomac. En revanche, un petit verre d’Oeil de Perdrix en prévision de ma prochaine visite et dégustation à Neuchâtel a tout de même aidé.

Mocktail et produits du terroir Aux Prés de Chez Vous

3e halte en face du restaurant: Aux Prés de Chez Vous. Une charmante petite boutique aux étalages remplis de produits du terroir (pas que jurassien certes).
Ils avaient dû anticiper notre matinée gourmande, car un rafraîchissant mocktail au gingembre nous attendait. Non ce n’était pas encore l’heure de la Damassine. Patience.

Glace aux damassons

Il nous restait une 4e étape à faire « en ville »… le dessert !! Et pour le trouver, rendez-vous au charmant Caram’Bar.

Le dessert était composé d’une:
– petite gaufre au sucre et à la pâte légère;
– boule de glace maison aux damassons ! Le damasson étant le nom de la variété de prunes rouges qui va servir à faire la fameuse Damassine.

Un vrai coup de cœur pour l’endroit et la glace faite par la maman avec sa sorbetière et des damassons congelés du jardin. Un parfait équilibre entre douceur et acidité.

La Damassine

Nous étions donc bien repues et prêtes à découvrir enfin la Damassine AOP ! L’eau-de-vie emblématique du Jura et d’Ajoie à base de damassons rouges. C’est donc direction « Ô Vergers d’Ajoie », le Musée suisse des fruits et de la distillation, que nous nous sommes rendues pour une visite guidée et bien sûr… la dégustation !

Pour s’y rendre à pied, il faudra quand même compter une trentaine de minutes mais nous avons eu de la chance, nous avons attrapé le seul bus de l’après-midi qui vous y emmène depuis la gare en 2 arrêts.

Arrivées sur place, nous avons été reçues comme des cheffes par Frédéric Lachat, le gérant, qui nous a accompagné dans cette fantastique visite en 3 étapes d’environ 1h :

  1. Une présentation historique de la Damassine et du musée;
  2. Une visite guidée des alambics, de la partie ludique sur la découverte des fruits de la région, et un petit film sur la fabrication de la Damassine;
  3. La dégustation !!
Le Hangar ô alambics

Nous avons commencé par Le Hangar ô alambics avec un court film d’animation qui raconte toute l’histoire des alambics dans son contexte politique de 1887 à 2015 à travers une collection unique de l’ancienne Régie fédérale des alcools.

Saviez-vous qu’en 1880 la Confédération avait interdit l’alcool et sa fabrication et avait donc détruits tous les alambics ?! Heureusement, les jurassiens en ont sauvé 200, on l'a échappé belle!
La Grange ô fruits

Ensuite la partie ludique, la Grange ô fruits. Ici petits et grands pourront participer à de sympathiques activités autour des fruits suisses et de la production locale comme des quizz, des jeux et même un espace à selfie pour une photo en tête d’abricot par exemple.

L’eau-de-vie de Damassine AOP est produite avec le damasson rouge, une petite prune sauvage aux milles senteurs ramenée de Damas et domestiquée par les croisés de retour en Ajoie. Au mois d’août, le damassinier laisse chuter ses fruits mûrs, qui sont ramassés chaque jour dans des filets, durant quatre à cinq semaines. Il faut plus de 100 damassines pour obtenir un kilo de fruits, et près de 900 pour pouvoir distiller à la Saint-Martin un litre d’eau-de-vie de damassine.

www.damassine.com

Avant de passer à la dégustation, nous avons visionné un court-métrage expliquant la fabrication de la Damassine, de la récolte à la dégustation en passant par la fermentation.

Maintenant que nous étions incollables sur ce digestif et ses vertus, il était temps de passer à la pratique avec la dégustation de l’eau-de-vie mais également de la liqueur. Qui se boit, hélas, comme du sirop.

Ainsi s’achève de la plus parfaite manière ce circuit gourmand. C’est en train que nous avons regagné Lausanne, le sac remplis avec les 3/4 de la boutique de liqueurs mais aussi de produits du terroir et à base de damassons comme de la confiture et du chocolat. J’en ai également profité pour reprendre un délicieux Pavé des Moines du Parc du Chasseral et quelques fromages de la région.

Infos pratiques Circuit Gourmand Porrentruy

  • Quand: uniquement les jeudis et samedis, de mars à novembre;
  • Comment: Réservation obligatoire minimum 24h à l’avance;
  • Combien: CHF 35.- pour les adultes, CHF 19.- pour les 7-16 ans, CHF 10.- pour les enfants jusqu’à 7 ans;
  • Durée: environ 4h30 (+ 1h pour la visite complète du Musée de la Damassine)
  • Niveau: il s’agit d’une balade, donc pas besoin d’être sportif d’élite mais prévoyez quand même les baskets car on trottine surtout si on combine avec Circuit secret culturel.
  • Trajet en train Lausanne-Porrentruy: environ 2h (IC)Lausanne-Bienne / (RE)Bienne-Porrentruy. Il faut compter le même temps en voiture donc le choix est vite fait.
Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2022 Sabine Regenass
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You May Also Like
La culture en suspens, mon coeur avec
lire la suite

La culture en suspens, mon coeur avec…

Il en a manifestement été décidé ainsi, la culture au 21e siècle n’est pas un besoin essentiel. Nous sommes déjà si cultivés et instruits que pouvoir se procurer le dernier mascara est bien plus primordial pour notre survie que d’assister à la dernière pièce en vogue au Théâtre de Beausobre. Qu’en est-il désormais de notre survie mentale??
lire la suite