Rando et métairie dans le Parc régional Chasseral

Avant de lire la brochure Terroir – À savourer, la citadine que je suis ignorait ce qu’était une métairie. Alors quand j’ai découvert qu’on pouvait manger des produits locaux et passer une douillette nuit au calme du Parc Chasseral dans une ferme réaménagée, vous pensez bien que j’ai sauté sur l’occasion.

Si je base généralement mes activités sur la nourriture ou du moins avec de quoi boire et manger à la clé, je n’oublie jamais de profiter de la nature et des paysages grâce auxquels nous pouvons déguster tous ces délicieux produits du terroir ! Ici du Jura bernois. En feuilletant toujours cette brochure Terroir – À savourer, après avoir choisi ma métairie, je me suis inspirée des activités à faire dans le Parc régional Chasseral.

Le Parc Chasseral

La région regorge de sentiers de randonnées. Pour ma première balade dans le Parc Chasseral, nous avons été accompagnées par un formidable guide qui nous a appris l’histoire de la région et fait découvrir les multiples facettes de cette nature revigorante.

Connu surtout pour son point culminant à 1606m d’altitude sur la Crête du Chasseral, le parc comprend 23 communes, une grande diversité de paysages, de vues imprenables, de nombreuses activités et (surtout) de savoureux produits labellisés dont je vous ai parlé dans l’article sur la Tête de Moine AOP, notamment.

Une randonnée dans le Parc Chasseral

C’est donc accompagnées du fort sympathique guide, Jean-Jacques Amstutz que nous avons gaiement randonné au cœur du Parc Chasseral. Il était initialement prévu de découvrir les différentes plantes aux nombreuses vertus mais la sécheresse actuelle ne l’a malheureusement pas permis.

Nous avons tout de même pu en reconnaître 3, la pimprenelle (au goût de concombre), le plantain des Alpes (rien à voir avec la banane ou le crétin, vous pensez bien qu’on a fait le « gag ») et la pinée argentée ou pinnate argentée. Il était un peu difficile au départ de les reconnaître mais une fois qu’on le sait, on ne voit que ça. Monsieur Amstutz nous a expliqué également leurs vertus.

Plus on prenait de l’altitude plus quelques plantes semblaient encore survivre à la sécheresse. C’était notamment le cas de la gentiane qui avait un peu « meilleure mine » comme on dit chez nous. Ceci dit, Jean-Jacques nous a appris que cela n’était pas trop « grave » car on utilise la racine pour en faire la fameuse gentiane, le digestif mais nous ne l’avons pas gouté.

Tout au long de la randonnée nous avons croisé de nombreuses vaches, pas peureuses pour un sou et qui nous snobaient allègrement. On a même vu détaler un joli lièvre.

La randonnée était ponctuée de mini cours d’histoire de la région et du parc, dont l’histoire des anabaptistes et d’arrêts pour admirer la vue et les montagnes au loin. Il était difficile de les distinguer avec la brume mais en automne elles sont clairement visibles. On verrait même le Cervin et la Dent Blanche.

Nous avons également passé au crible le sol pour essayer de trouver quelques fossiles, la terre étant majoritairement calcaire, on peut facilement y trouver des pierres chargées d’histoire.

Le Bison Ranch

Pour sortir un peu de l’ordinaire, le Bison Ranch sera l’excursion idéale. Un troupeau de 60 bisons, un parc d’acrobranches, des tipis pour y dormir et de quoi s’y sustenter. Oui du bison du ranch figure sur la carte mais vous pourrez aussi trouver d’autres mets.

Infos pratiques www.bisonranch.ch
– Ouvert toute l’année
– Les Colisses, 2534 Prés-d’Orvin
– Concerts et soirées à thème
– Dortoirs (CHF 40.- adulte), cabanes Far West (CHF 55.- adulte), tipis indiens de mi-mai à mi-octobre (CHF 40.- adulte)

Idées d’activités au Parc Chasseral

Vous pourrez y faire de nombreuses randos accessibles à toutes et tous sur les sentiers prévus à cet effet, suivre le Chemin des Anabaptistes ou même passer une journée au Bison Ranch pour y faire de l’accrobranche au « Forest Jump ».

  • randonnées
  • plusieurs itinéraires depuis l’arrêt du bus des Prés d’Orvin de la ligne 70 des Transports publics biennois;
  • Il y a également des sentiers balisés pour les VTT;
  • possibilité de réserver une randonnée accompagnée avec M. Amstutz

La métairie du Bois-Raiguel

Les métairies sont des fermes de montagne qui vous accueillent pour manger et dormir dans un cadre authentique au plus proche des produits locaux.

Nous avons dormi à la métairie du Bois-Raiguel, l’une des 3 métairies qui produit encore du
Gruyère, sur les 29 initiales.
Ici tout y est fait maison, du fromage, justement, au beurre en passant par les röstis et le pain. Tous les légumes viennent du jardin potager.

Les chambres

Il vous faudra passer par la grange et les bottes de paille pour rejoindre l’une des 5 charmantes chambres avec ou sans salle de bain privative. L’expérience est plus qu’authentique. J’ai tenté de faire croire à ma sœur qui m’accompagnait que je lui avais réservé la botte de foin n°3 mais elle n’a douté qu’un quart de seconde.

Après avoir gravi les quelques escaliers qui mènent à la porte « chambres », vous passerez un couloir boisé avec les 5 chambres en enfilade toutes situées sous les combles. En ouvrant la porte de la chambre, c’est comme une bouffée d’authenticité qui vous submerge. L’odeur du bois, des draps de lit fraîchement lavés, on voudrait déjà se mettre au lit.

Il faudra penser à baisser la tête pour se coucher par contre. Bon du haut de mon mètre 50 les bras levés sur un escabeau, ce ne fut pas vraiment un problème.

Les Velux vous ouvriront la vue sur les champs du Parc Chasseral et les vaches qui vous réveilleront au doux son de leur cloche le matin après leur traite ou sur un magnifique coucher de soleil.

La fabrication du Gruyère AOP

Traite qui permet à Marcel Bühler de faire son Gruyère d’Alpage AOP chaque matin et nous avons pu assister à la fabrication. Aux alentours de 8h30, lorsqu’il avait atteint la température nécessaire pour le mettre sous presse. Il ne confectionne pratiquement QUE du Gruyère, c’est dire à quel point il se dédie entièrement à notre cher et tendre fromage.

Un travail physique et pour lequel on n’est pas trop de 6 bras! J’ai proposé mon aide mais sans vraiment insister, j’étais plus une encouble qu’autre chose, vous pensez bien!

Une fois les fromages terminés, notre hôte en a profité pour nous raconter son métier, sa métairie mais aussi les problématiques actuelles avec la canicule et le besoin de renforcer la promotion des produits locaux. L’éducation à consommer local est encore nécessaire malgré le COVID qui nous avait donné grand espoir sur les nouvelles habitudes de consommation. Mais on ne va pas en faire tout à un fromage dans cet article et revenir justement à nos fromages.

Lors des années « normales », on arrivera à fabriquer 2 meules de Gruyère d’alpage AOP par jour. Mais cette année, les vaches ne produisant plus assez de lait, à cause de la canicule car elles n’ont plus assez d’herbe verte et de qualité vu que tout n’est que paille, voire poussière, ce n’en est qu’une seule meule par jour. L’impact se fera malheureusement encore plus sentir l’année prochaine, lorsqu’on dégustera la fournée 2022. Car oui il leur faut un petit temps de repos à nos chers et délicieux fromages.

On gardera aussi un peu de lait trait du jour pour faire le beurre du pti déj et les chocolats chauds.

Au menu à la métairie

Au repas du soir, la carte propose que du fait maison ! Jambon à l’os, côtelette ou pièce de bœuf accompagné de röstis maison, fondue ou croûte au fromage, il y a l’embarras du choix.

Nous n’avons pu passer à côté de l’assiette Chasseral composée de charcuterie, de jambon, du Gruyère fait sur place évidemment, et des rebibes. Nous avons aussi pris le jambon à l’os accompagné des röstis maison. Tout ça servi avec une salade verte du jardin et sa délicieuse sauce au bon goût de mon enfance, le Maggi!

Les assiettes sont relativement copieuses et il est vrai que, malgré l’avertissement de notre hôtesse, choisir l’assiette Chasseral principalement garnie de jambon, lard et saucisse, plus le jambon à l’os avec les délicieux röstis maison faisait un peu beaucoup de cochonnaille. Même si « tout est bon dans l’jambon! ». Bon je dis copieuse pour nous mais cela n’avait pas l’air de poser problème à nos voisines de table qui ont tout rupé!

Pour ne rien gâcher surtout que c’était fort savoureux, nous avons récupéré nos restes pour le petit déj’ du lendemain. On nous a même proposé de réchauffer les röstis mais on était encore bien assez remplies du repas de la veille.

Mais la balade post pti déj jusqu’au Bison Ranch nous a fait le plus grand bien, on était prête pour remanger à midi. Il faut compter 45 minutes à pied et c’est très facile, que de la descente soit par la route, soit par la forêt.

Depuis la métairie, vous pouvez aussi partir pour plusieurs randonnées dans le Parc Chasseral.
Le monde est à vous!

Infos pratiques – métairie

  • la métairie du Bois-Raiguel est ouverte de mai à novembre;
  • 5 chambres, 10 lits;
  • accessible en voiture ou à 1h15 de marche depuis Les Prés d’Orvin;
  • tarifs: CHF 80.- avec salle de bain privative pour 1 personne avec pti déj, CHF 70.- si salle de bain commune;
  • sur le chemin pour la Crête du Chasseral.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You May Also Like