JC Supper Club, le « club des soupers » au Château Rochefort

Un Supper Club, que je traduis littéralement par le « club des soupers », est un terme américain qui englobe, en gros, une grande tablée, un super chef, des supers convives, un super lieu et un super menu original pour une soirée inoubliable. Ce « supper » concept a désormais posé ses valises au Château Rochefort à Allaman.

C’est au Château Rochefort à Allaman sur la Côte, que se tient les vendredis et samedis soirs, le JC Supper Club. Une table d’hôtes menée de mains de maître par le Chef américain Jay et sa femme Annette, accompagnés de Tania et Michel Gfeller les « châtelains ».

Le Château Rochefort

Vous connaissez peut-être déjà le Château Rochefort pour son côté viticole et oenotouristique puisqu’il appartient aux Domaines de la Ville de Lausanne, mais peut-être ignoriez-vous qu’en plus il faisait chambres d’hôtes et maintenant table d’hôtes en accueillant le JC Supper Club.

Le menu JC Supper Club

En avril et mai 2022, le thème est moyen-oriental. Un menu aux milles et une saveurs! 4 plats tous différents, légèrement relevés mais qui vous font voyager de l’apéritif au dessert.

Le Chef souhaite proposer une cuisine, je cite, « fun » et décontractée, pleine de peps et surtout remplie d’originalité.

L’apéro

Tout commence par un cocktail de bienvenue accompagné d’une planchette apéro végétarienne composée de charcuterie et pâté végétal! Une surprenante et bluffante découverte. Tant par la texture que le goût, j’avais l’impression de manger de la viande séchée.

Le cocktail maison était à base de la délicieuse méthode traditionnelle de l’Abbaye de Mont.

Falafel, houmous au cumin noir et sauce Amba épicée, concombre mariné au Sumac, tomates-coriandre, pain pita

Tout est fait maison par le chef Jay qui dresse devant vous. Un falafel pas du tout farineux au bon goût de pois chiche avec un petit chutney de mangue-moutarde et la fraîcheur des tomates et des concombres pour alléger tout ça.

Le sommelier Thibaut Panas qui a réfléchi aux accords mets et vins nous annonce en début de repas qu’il n’y aura pas de Chasselas pour ce repas. Après avoir hyperventilé pendant les quelques secondes où l’on me versait un verre de Viognier, Il n’était qu’une fois, j’ai quand même d admettre qu’il se mariait particulièrement bien avec la déclinaison de pois chiche et ses différentes épices. Comme quoi il n’y a apparemment pas que le Chasselas dans la vie…

Courge Hakkaido rôtie au Za’atar, fromage de chèvre frit, sauce Tahini, quenelle de citron salé, chou mariné et Dukkha à la coriandre et aux noisettes

En toute transparence, je ne suis d’habitude pas très amatrice de cucurbitacées. Mais là avec tous les assaisonnements, la cuisson fondante, elle est descendue toute seule. Evidemment petite mention spéciale pour le fromage de chèvre frit qui s’allie parfaitement à la courge. Forcément du moment que c’est frit, ça remporte toujours mes suffrages.

Et ce n’est pas moins de deux vins blancs qui sont venus sublimer ce plat: Le Cendré, un Pinot Gris et Comme un rouge, le vin orange des Domaines de la Ville de Lausanne.

Si le Viognier m’a convaincue, le Pinot Gris un peu moins mais peut-être parce que je ne suis pas objective. Quant au vin orange, il s’agit donc d’un cépage blanc vinifié comme un rouge, ici un Chasselas! (donc oui on nous a menti ;-)), il est toujours très intéressant. Peut-être un peu difficile à boire seul mais il venait enrober de manière délicate les saveurs épicées de ce plat.

Shawarma d’épaule d’agneau braisé, Zaalouk d’aubergines et de tomates, Mejadra de riz et de lentilles, sauce Chermoula

Si le chef aime travailler les légumes, il a tout de même glissé une fondante épaule d’agneau dans son menu. Le jus de viande était parfait pour imbiber le mejadra. Avec la sauce Chermoula et le harissa (à part), le plat était un peu relevé, peut-être trop pour certain.es mais le riz venait apaiser tout cela.

Sans oublier le vin rouge, un assemblage Merlot-Cabernet Franc nommé Velours Côtier. Un véritable délice!

Poire pochée aux graines de nigelle, Labneh au yaourt, sirop de Muscat et noix épicées

Les portions étant généreuses, j’arrivais gentiment pleine au dessert. Sur lequel, vous le savez trop bien, je fais souvent l’impasse. Mais une petite poire légère était parfaite pour clôturer ce menu!

Et pour terminer la soirée en beauté, Michel Gfeller nous a régalé d’un Chasselas 1967!

Le concept est chouette et original si l’on souhaite passer un repas à plusieurs ou rencontre de nouvelles personnes. La cuisine goutue et détonante, le lieu accueillant, bref tout est réuni pour passer un excellent moment qui change de l’éternel resto du samedi soir!

Infos pratiques

  • www.jscupperclub.ch
  • plusieurs dates les vendredis et samedis soirs en avril et mai sur le thème Moyen-Orient;
  • prix du menu 4 plats: CHF 90.- sans les boissons;
  • réservation sur www.jcsupperclub.ch;
  • parking à côté ou à 10 minutes à pied de la gare d’Allaman.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You May Also Like