Je vous avais déjà parlé de mon problème existentiel de sourcils dans un précédent article. Cette fois je me suis enfin décidée et ai tenté le maquillage semi-permanent, ou microblading, chez l’Atelier du Regard à Lausanne. Les quelques minutes de souffrance en valent largement la peine, je suis aux anges des sourcils.

Pour commencer, je me sens obligée de préciser que cet article n’est pas un partenariat et encore moins sponsorisé. J’ai payé la prestation plein pot, comme une grande et je vous donne mon avis en toute objectivité, comme d’habitude.

Donc revenons à nos sourcils. J’avais tous les outils, crayons, brosses, poudre, fixatifs etc. pour bien faire. Mais chaque matin c’était la même galère, je prenais plus de temps sur mes sourcils que sur le reste du maquillage (je me maquille très peu…). Je sais chacun ses soucis.

Sans compter que cela demande tout de même un certain entretien en allant les faire épiler toutes les 3 semaines, à coup de CHF 29.- par session.

Cela faisait donc plusieurs mois que je me tâtais pour le maquillage semi-permanent. Ma meilleure amie l’avait fait et même ma maman!! Un jour, j’ai pris la décision et le 31 janvier 2018, le rendez-vous était fixé.

Bon on prend pas cette décision sur un coup de tête non plus. C’est tout de même un budget. CHF 390.- pour la première intervention. Heureusement j’avais reçu un bon pour Noël! Cela devrait tenir entre 6 et 12 mois… par contre, il y a une séance de retouches après un mois à 60.- et ensuite trimestrielles à 75.-, semestrielle à 90.- et annuelle à 170.-. Je ne sais pas encore à quelle fréquence j’aurais besoin d’aller. Mais au final, plus besoin de se prendre le sourcil (le chou :-p) le matin!

Le microblading, c’est quoi?

Comme son nom l’indique, il s’agit de petites aiguilles rassemblées pour en faire une petite lame (blade). C’est avec cet outil que la technicienne va tracer, poil par poil, vos sourcils dans la forme souhaitée et injecter ainsi le pigment sous la peau pour dessiner votre sourcil parfait.

Vous comprendrez certainement par ces lignes que ce n’est pas sans douleur mais tout à fait supportable, pour nous les filles. J’y suis allée sans savoir du tout à quoi m’attendre mais au premier coup de lame, j’ai vite compris le programme.

Mais commençons par le commencement.

L’intervention

1) Le dessin

Tout d’abord, il est évident que la technicienne va prendre le temps de dessiner la forme souhaitée de votre sourcil, au crayon noir.
Evidemment ça surprend! Et il est relativement difficile de se faire une véritable idée sur ce que cela va donner au final. En même temps c’est son job, donc on ne peut que lui faire confiance sur la forme. De plus, le dessin se fera bien à l’intérieur du trait qui peut paraître un peu gros en noir. On respire.

ça m’arrange…
2) Le « laminage »

Une fois le dessin et la forme validés, c’est le tatouage qui commence.
Elle doit également choisir la bonne teinte du sourcil et optera de toute façon pour du plus foncé car cela s’estompe et ce dès la première semaine. Donc pas d’inquiétude non plus car le résultat final foncé peut surprendre également.

On essaie d’anesthésier un chouilla avec un peu de glace et elle commence à « scarifier »… Le grattement de la lame et le petit bruit n’est effectivement pas des plus agréables mais pour moi bien plus supportable que le recourbement des cils…
Et c’est rapide, il me semble, car je n’ai pas regardé mais montre mais je dirais environ 5 minutes.

Le premier passage terminé, elle nettoie un peu, remet de la glace et contrôle. Ne croyez pas que c’est déjà fini. Il y aura encore 2 passages de même intensité.
Le deuxième est à peu près identique au premier et le troisième est là uniquement pour les quelques retouches et ajustements.

Tout cela en environ une heure et demi. Ce qui prend le plus de temps c’est vraiment le dessin.

Le résultat

Il y a bien évidemment un petit moment de stress lorsqu’elle vous tend le miroir (bon déjà que j’aime pas me regarder mais là on est bien obligées), c’est un peu comme chez le coiffeur sauf que là si ça plaît pas… on peut pas faire une queue de cheval pour cacher la coupe ratée.

Quelle surprise, j’ai des beaux sourcils tout bien dessinés et même la couleur n’est pas si mal, certes un peu foncée mais tout à fait montrable.

oui bon la tête de vainqueur…prise juste à la sortie de l’institut. Faut regarder que les sourcils!

Les jours qui suivirent

La seule difficulté c’est que durant 10 jours vous ne devez pas mettre d’eau sur vos sourcils ou les toucher d’une quelconque manière. Autant dire qu’avec les automatismes de se laver le visage, j’ai failli m’asperger à plusieurs reprises. Il faut juste mettre un peu de vaseline à l’aide d’un q-tip pour aider à cicatriser.

Les sept premiers jours, ils étaient encore un peu trop foncés mais pas choquant et je pense que si tu ne le sais pas tu ne le remarques même pas. Apparemment j’ai de la chance car certaines d’entre vous m’ont avoués n’avoir pas osé sortir de chez elles pendant une semaine tellement la couleur était choquante. C’est vrai que si je regarde ma maman, les premiers jours on voit que ce n’est pas encore la couleur naturelle.
Après cette première semaine, cela a commencé à faire très naturel, juste un petit coup de brosse pour les désébouriffer et le tour est joué.

Par contre, on remarque effectivement du coup, petit à petit, les manques et les retouches qu’il y aura à faire mais rien de bien méchant. Quel bonheur de se lever le matin avec des sourcils tout propres, tout bien dessinés. Ce qui fait bizarre c’est que le reste du visage n’est pas aussi bien maquillé ^_^

Je vous mets des exemples qu’ils ont publiés sur leur site. Je n’ai pas d’avant-après des miens… j’aurais pu y penser…

Mon avis en résumé

Les + :

  • le regard est changé, amplifié et ouvert
  • gain de temps le matin
  • on fait « propre » et entretenues » :-p

Les -:

  • le prix évidemment, à voir avec l’entretien le budget. Mais à ce stade je pense que cela vaut vraiment la peine d’investir
  • la couleur si ce n’est pas celle qui vous convient. Moi oui donc aucune plainte! (c’est rares)
  • la sensation de scarification mais c’est juste un mauvais moment à passer

Infos pratiques

  • Atelier du regard, rue Haldimand 14, Lausanne, 021 558 87 97
  • possibilité de prendre les rendez-vous en ligne!
  • prix: CHF 390.- pour la première intervention
  • durée: 1h/1h30 environ
  • degré de souffrance 3/10 (les mecs supporteraient pas)
  • entretien: 1 mois après la première intervention, ensuite tous les 6 mois ou une année selon

Voilà, donc vous l’aurez compris, je suis vraiment ravie. J’y retourne dans 2 semaines pour les retouches de l’après un mois, on verra d’ici là comment cela évolue.

5
Share: