Art en ville de Lausanne

Bon ben voilà, on est encore sur un début d’année 2021, sans art ni musée. La seule solution pour nourrir nos yeux et notre âme d’art se trouve en extérieur! Heureusement, entre architecture et sculptures, Lausanne regorge de pépites à admirer. Prenons enfin le temps de lever les yeux et de découvrir l’Art en Ville.

Trop occupés à cliquer sur notre téléphone ou à regarder les confections de banana bread sur Instagram, ou encore boudant à travers notre masque et râlant à cause de la buée sur nos lunette, quand avons nous levé les yeux pour la dernière fois et admiré une façade ou une sculpture à Lausanne???

Heureusement Lausanne Tourisme a eu la magnifique idée de proposer un parcours artistique à travers la ville. Même deux, un courte et un moins court. J’ai eu la chance, en été dernier de me balader et j’avoue cela m’a fait découvrir un bestiaire et un parc d’oeuvres d’art éclectique et tellement enrichissant!

Petit aperçu de quelques oeuvres sur les 82 visibles en ville toutes d’artistes suisses! Vous pouvez aussi retrouver mon parcours en stories à la une sur le compte Instagram The Lausanner.

Art en ville, parcours numéro 1

La carte prévoit donc le trajet à suivre mais également les pauses pipi-café! Il est vrai qu’en ce moment c’est un peu fichu pour le café mais on peut opter pour du à l’emporter ou avoir pensé à prendre son petit thermos.

Si vous êtes assidus et du genre à « pédzer » devant les oeuvres, il faut bien compter 1h30 de visite à travers la ville. On partira de l’Esplanade de la Cathédrale pour terminer son périple au Flon.

Voici deux ou trois highlights à ne pas manquer à mon sens mais je vous ferai grâce de l’analyse d’oeuvres! La carte fournie par l’office du tourisme le fait d’ailleurs très bien avec un mini texte explicatif pour chacune d’entre elles.

Peter Welz – Studies for a movement

J’ai donc pris le métro jusqu’à l’arrêt Riponne-Maurice Béjart, arrêt pèlerinage oblige pour moi! On admira non seulement le fameux Portrait au chat de Maurice Béjart mais également les photographies du gagnant du concours initié par la Ville de Lausanne en 2008, Peter Welz.

Zaric Homcheval et Femrenarde à la valise

Nikola Zaric est un sculpteur suisse (1961-2017), qui a étudié à l’Ecole supérieure d’arts visuels de Genève.

Comme les titres de ses oeuvres le montrent, ses sculptures représentent un mix entre l’animal et l’humain, où se situe la frontière? Il travaille la matière de manière à ce qu’on voit les scarifications propres aux marques de la vie.

L’homcheval vous observe une rose à la main depuis son balcon, en mode Roméo et Juliette quant à la Femrenarde, elle attend pensive. Est-ce qu’elle attend son Roméo? telle est la question…

Ignazio Bettua – Le Crapaud de Bourg et la Princesse

Artiste lausannois né en 1972, diplômé de l’ECAL, il enseigne les arts plastiques à Nyon et a gagné de nombreux prix.

J’avoue, j’en n’ai jamais été très transcendée par cette sculpture, voire ne la considérai pas forcément comme une oeuvre d’art. Elle faisait « juste » partie du paysage lausannois depuis 2003 pour moi. Il s’agit en fait d’un Clin d’œil amusé au conte des Frères Grimm et réinterprétation décalée de la fontaine animalière traditionnelle, la fontaine d’Ignazio Bettua invite les passant·e·s à embrasser le crapaud tout en se désaltérant. À la nuit tombée, ses gros yeux illuminés percent l’obscurité.
Ben j’ai essayé le bisou mais il ne s’est pas transformé en prince charmant…, remboursé!

On lui doit aussi les quelques 50 oiseaux perchés sur le toit de l’Eglise Saint-François!

La station de métro de Gérald Poussin

Alors là…. j’ai honte mais je n’avais jamais fait attention à ces oeuvres. C’est donc la parfaite illustration de mes propos en intro. On ne prend jamais le temps de lever les yeux de son portable pour admirer ce qui nous entoure. L’art est partout!

Gérald Poussin est un artiste autodidacte genevois, multi talents, il a commencé par des court-métrages pour ensuite se consacrer à la bande dessinée, assez manifeste dans son oeuvre du Flon, mais aussi de décors de théâtre.

Les fresques sont composées de figures et d’insectes, sa marque de fabrique. On est bien loin de mon Nicolas Poussin du 17e mais cela met plus de vie sur le 19 colonnes de la station de métro pas très folichonne de base.

Parcours 2), Ouchy/Sous-Gare

Il y a un second parcours, plus court, sous gare.

On partira du MCBA pour descendre à Ouchy.  Je ne l’ai pas encore fait mais je prévois une petite sortie incessamment sous peu. J’attendrai juste qu’il fasse moins froid, ou alors sous la neige Notamment pour aller simplement saluer Serge Lifar.

De plus en écrivant cet article je suis tombée sur la page https://www.lausanne.ch/portrait/culture/art-en-ville/oeuvres.html, eh bien autant vous dire que j’ai trouvé mon fil rouge de sortie jusqu’à fin février avec les 82 oeuvres à voir à travers la ville, j’ai de quoi faire! et pour autant que ça se prolonge pas c’t’histoire!

En parlant de privation de culture et toujours dans cette même idée, je prépare un article à coeur ouvert un peu plus personnel sur l’impact qu’à cette mise en suspens de l’art depuis 2020 pas que pour ma petite personne mais j’ai également récolté deux entretiens d’artistes que j’aime particulièrement.

Dans l’intervalle, je vous souhaite une excellente balade Art en Ville!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You May Also Like