Ça s’est passé la semaine dernière

Une semaine marathon mais où les jours et les soirées ne se ressemblent pas! Théâtre, danse, mange, bois, repeat. Mes 2 passions dans la vie: les arts et la nourriture… alors quand je peux faire tout cela la même semaine, j’allais pas encore me plaindre.

Heureusement j’ai toujours le lundi de libre! Que je pourrais intelligemment utiliser à faire mon ménage et ranger mes vêtements qui n’ont pas de place…, terminer les 26 articles en mode brouillon…, préparer du contenu Instagram… apprendre à faire des vidéos… mais non, cela finit généralement en mode chips-canapé…

Mardi

J’ai changé de crèmerie en faisant quelques infidélités à Vidy, direction le TKM, le Théâtre Kléber-Méreau à Renens.

On y jouait Le Roi se meurt de Ionesco, mis en scène par Cédric Dorier, ancien étudiant de la SPAD, la Section professionnelle d’art dramatique jadis au Conservatoire de Lausanne.

Après vérification de l’âge et de la durée (haha pas du tout traumatisée), j’ai pris mon petit billet pour cette pièce « classique » ou du moins faisant partie des classiques de la littérature sachant pertinemment que la mise en scène ne le sera pas, connaissant la politique désormais contemporaine d’Omar Poras et son théâtre.

Le sujet, tout est dit dans le titre. Le roi d’un royaume universel apprend sa mort proche, commencent ainsi toutes les phases humaines du rapport à la mort. Si cela peut paraître un peu glauque à première vue, et surtout un sujet que je n’aime pas trop aborder (chacun ses angoisses), la mise en scène comique et légère tempère ainsi avec le sujet.
On rit, on pleure un peu, on rerit, on danse et chante même. Mais la fin reste inévitable.
C’est donc un très bon moment, on ne voit pas les deux passer, qui nous distrait mais nous fait tout de même réfléchir (bon pas trop quand même, je veux pas me faire mal).

On saluera, entre autres, la performance émouvante du roi interprété par Denis Lavalou.

A voir jusqu’au 17 novembre.

Mercredi

On a testé le café du MCBA, le Nabi.
Pas franchement convaincue, je ne m’y attarderai pas.
La carte se veut original avec des produits locaux et beaucoup de patates. J’avais choix le trio de patates, saucisson vaudois et pesto de cresson et mon ex collègue la même chose mais avec la truite. Petit erreur d’aiguillage elle a reçu le saucisson et la truite dans le même plat et moi que les patates.
Au-delà de ça, j’ai trouvé un peu trop tambouille et pas très fin. Mais à voir avec une carte plus estivale. Et il paraît que le fondant au chocolat est délicieux.

Jeudi

Après une journée sous le signe du vignoble vaudois, j’ai passé la soirée à découvrir les vins et le porto portugais. Je sais, au moment où l’on déplore le manque d’intérêt du public pour les vins suisses, je bois du portugais… Ceci-dit, n’étant encore jamais allée au Portugal, je me suis octroyée ce petit voyage éphémère qui m’a convaincu d’aller faire une petite croisière sur le Douro.

Organisé par le magazine Vinum au Lausanne-Palace, nous avons commencé par une masterclass donnée par les producteurs eux-mêmes, Monsieur Bruno Prats pour Prats et Symington et la maison Graham’s pour les portos.
Après un bref historique et explications de la rencontre des deux maisons, place à la dégustation: 3 rouges Chryseia de la Vallée du Douro et 3 porto.

une préférence pour le Chryseia 2012
Il s’agissait d’une dégustation de professionnels où tout le monde recrachait… sauf moi haha.

Si j’ai beaucoup apprécié les rouges, j’ai eu plus de mal avec le porto qui pour moi s’associe trop rapidement à ce que buvait ma grand-mère. Mais une très bonne surprise, lors du dîner, associé à un morceau de chasse.

Car à la suite de cet atelier réservé à la presse et connaisseurs (me demandez pas comment cela se fit que j’étais invitée…), direction la salle de bal pour un Wine and Dine.

A l’apéro, un petit porto blanc tonique. Un peu amer pour moi mais très rafraîchissant. Cet été sur une terrasse de Porto ça descendra tout seul!

Place au repas: 2 entrées, 1 plat, 1 dessert, mes bourrelets se léchaient déjà les babines.

1ère entrée:
la canette teriaki accompagnée de 2 Chryseia (bon on a pas compris tout de suite qu’il y avait 2 vins différents par entrée…)

2ème entrée:
la terrine de lièvre toujours accompagnée de 2 Chryseia dont un 2014 qui m’a beaucoup plus. La terrine, en revanche, un peu sèche comme dirait ma grand-mère.

le plat:
un pavé de cerf, polenta et chou rouge avec deux portos. Par habitude, j’ai préféré terminer mes rouges mais le porto avec la chasse est une combinaison tout à fait intéressante.

le dessert:
un entremet au chocolat et un porto vintage de 1983. Oui définitivement vintage voire vieux :-p. Une fois encore j’ai capitulé au dessert… même mes bourrelets n’ont pu.

vintage les 1983…!

Vendredi

Direction Genève pour les Automnales et leur nouvel espace: le Cook’n Show. S’il y a eu un léger bug sur la compréhension de l’événement, pensant qu’on aurait un show culinaire comme le nom l’indiquait, nous passâmes un excellent moment au cocktail dînatoire à déguster du chasselas genevois (oui oui il était pas mal, j’avoue!) et quelques spécialités varoises.

Samedi

Brunch/Lunch avec la Ludivine pour découvrir cette nouvelle enseigne nordique dont tout le monde parle Äta à l’avenue de Rumine.
J’ai pris les crêpes salées au saumon, des pancakes en réalité, avec un petit thé froid maison. Très bon. Mais j’en n’en ferai pas mon nouveau fief pour autant.

Le soir direction Genève à nouveau. Ayant un peu reçu l’email de la consécration, j’étais invitée à la répétition générale de Minimal Maximal les dernières créations du Ballet de Genève pour le Grand Théâtre de Genève. Je ne m’attarderai pas ici car un article entier est déjà en ligne. Mais je ne peux que vous le recommander.

Dimanche

Sur un coup de tête, j’ai décidé de changer le thème du blog pour quelque chose de plus « gridé ». Sans réaliser à quel point la mise en page va prendre du temps. Mais bon la base est déjà là, il ne me reste « plus que » les ajustements.
Ce fut tout de même au détriment des articles à écrire… mais j’ai été beaucoup plus inspirée de 20h à minuit… comme lorsque j’étais jeune.

Ça se passera cette semaine

On prend un peu les même et on recommence, un joyeux mix d’agapes, de musique, de théâtre et de danse.
A commencer mardi par une rapide coupette à l’ouverture du fameux Bar à bulles Ruinart au Beau-Rivage avant de filer à Montreux pour le concert de Renaud Capuçon et les Lausanne Soloists interprétant des musiques de films.
Jeudi c’est direction Beausobre, pour Le Prénom avec Florent Peyre, je suis tellement fan de cette pièce, j’ai hâte de découvrir cette version quant à samedi c’est l’envoûtante Marie-Claude Pietragalla qui nous enchantera à l’Octogone à Pully.
Dimanche, je dors et ne referai pas le design du blog cette fois! A moins que je ne retourne à Montreux pour le Kid en musique. Affaire à suivre…

Belle semaine!
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You May Also Like