Wine&Dine: Le Richemond et Valentina Andrei

Une vaudoise qui va déguster le vin valaisan de Valentina Andrei au restaurant Le Jardin du Richemond à Genève, ça c’est fait.

C’est par une belle soirée de décembre, que je me suis rendue au restaurant de l’Hôtel Le Richemond à Genève, Le Jardin, qui nous a conçu un menu spécialement en accord avec les vins de la vigneronne Valentina Andrei.

Valentina Andrei et ses vins

En préambule, quelques mots sur cette jeune (oui elle a mon âge alors jeune! :-)) et talentueuse vigneronne roumaine, Valentina Andrei.
Après des études à l’Ecole de Chateauneuf près de Sion et à la fameuse de Ecole de Changins, elle a fait ses armes auprès de Marie-Thérèse Chappaz jusqu’en 2012.
Pour ensuite prendre les rennes de ses propres vignes à Saillon, en Valais (je sais, j’ai rien pu faire… :-p), où elle travaille désormais avec son frère.

Passionnée et extrêmement consciencieuse, un peu timide, elle aime la vigne et le vin et préfère laisser parler son vin de lui-même.

Vous le constaterez à la lecture du menu ci-après, la dégustation était relativement conséquente… et que du bon! Je tiens à préciser deux choses, qui seront valables pour tous les prochains articles:
1) je ne suis pas spécialiste du vin, ni œnologue, simple fervente amatrice de vin avec mes repas. Je n’ai donc aucune théorie ni science à étaler à ce sujet, je préfère simplement les citer et vous laisser déguster par vous-même
2) avant de passer pour l’alcoolique de service, je me dois de préciser que ce sont toujours des doses de dégustation dans ce type de repas. Ce qui équivaut à deux, voire trois gorgées et on atteint rarement, sauf sur demande, les 1dl.

Le repas au Jardin du Richemond

Nous avons été accueillis par un petit verre de Chasselas (ouf j’avais encore mes repères) et un petit apéritif composé de mille-feuilles de viande des Grisons et vieux Gruyère, des minis Malakoffs et un croustillant d’anguille fumée. J’avais les mains prises et en ai même oublié de photographier l’apéritif, mais je peux vous assurer que c’était aussi joli que bon!

Amuse-bouche et entrées

Place à l’amuse-bouche

Un blanc-manger de Saint-Jacques et perles de yuzu.
Si le blanc manger en lui même n’avait pas assez de goût à mon goût, c’est une fois que j’ai compris que tout se mangeait ensemble et surtout avec les petites billes de yuzu qui viennent donner du peps à tout ça, rend le plat délicieux!
Nous l’avons dégusté avec le Chasselas de l’apéro. Idéal. Un peu pétillant pour s’aligner au peps du yuzu.

La première entrée

Gravlax de veau et pesto de céleri
Une présentation soignée et une association très originale. Il m’aurait été difficile de dire qu’il s’agissait de veau et non pas de thon de par la couleur et la texture.

C’est accompagnée d’une Petite Arvine Ivresse 2018 de Valentina Andrei que cette entrée nous a été présentée. Ce fameux cépage valaisan aux touches de pamplemousse.

La deuxième entrée

Encornet farci aux cèpes accompagné de la Roussanne 2017 Magnificients
Bon je vais être honnête, si vous me suivez sur Instagram, vous savez que je fais un blocage avec les vins autres que Chasselas, Dézaley, Calamin etc. La Roussanne n’étant pas comprise dans ma sélection de prédilection, j’aurais du mal à argumenter car elle se mariait très bien avec les cèpes.
La Roussanne est un cépage originaire de la Vallée du Rhône qui doit son nom à la couleur rousse de ses grains à maturité. C’est un vin avec pas mal d’acidité mais pas dans le mauvais sens du terme.

Troisième et dernière entrée

Homard rôti et sa sauce matelote
Un délice!! Nous l’avons dégusté avec un petit Pinot noir Champ Dury 2018 de Valentina Andrei dont le côté fruits rouges se mariait à merveille. Même s’il est étonnant pour moi de boire du rouge avec un crustacé, je ne suis pas sectaire.

Le plat

Selle de chevreuil et de la truffe
Bon comme d’habitude, on est sur une truffe suisse qui a plus le goût de noisette que ma truffe d’Alba chérie mais la purée de col-raves aromatisée à la truffe était à tomber. Pour accompagner le tout, une pépite de Merlot que j’avais pu déguster en avant-première au mois d’avril: Merlot « Gotthard Edition » 2017 par Magnificients. Mais je vous en parle dans le prochain article Wine&Dine: Hôtel de la Gare Lucens vs Magnificients.

Il y eut bien évidemment un petit morceau de fromage accompagné d’un Gamay Ivresse 2018 de Valentina Andrei. Un vin somme-toute léger qui contrebalança fort bien le Vacherin Fribourgeois rustique corsé.
Il est vrai que ces derniers temps, pour finir un repas, au fromage mon père nous a habitué à choisir un Dézaley, vieux millésime si possible. Un mariage que j’adore.

Le dessert

Le choco-cèpe
une vraie oeuvre d’art élaborée par le chef pâtissier de l’année 2018, Sébastien Quazzola. Oui oui il y avait du « vrai » champignon dans ce « faux » champignon.
Je ne suis pourtant pas dessert mais j’avoue que le champignon au chocolat était tellement délicieux que j’ai tout mangé! Plus difficile en revanche, bien qu’intéressant, la glace aux cèpes et la poudre de cèpes séchées qui prenaientt un peu trop le pas sur le reste du dessert.
Un vin de paille, doucereux pour finir en beauté.

Et ce n’est pas parce qu’on est à Genève qu’on ne finit pas avec la fameuse rincette vaudoise, à 1h du matin…, re Chasselas, parce que #chasselasforever!

Et à 2h30 du matin, encore en pleine digestion, si j’avais pu rester sur place, j’aurais pris une petite chambre et passé quelques heures au Spa by Sisley le lendemain pour drainer tout ça!

Le Richemond organise régulièrement des Wine&Dine ou autres événements. Il n’est donc pas improbable que j’y retourne pour déguster d’autres plats et autres pâtisseries!

1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You May Also Like